Login
Blogs - October
L'Eurodiamond 2019 est au CIFR

Le "NOËL" de Roger TANTART gagne l'Eurodiamond 2019

No 443044/15 


1er /362 CIFR

3éme/3714 National

5éme/10597  International


Pédigrée

TANTART 2

Cliquez sur le lien

LIEN

Des nouvelles du CIF
LA CAFEINE chez le pigeon voyageur

LA CAFEINE chez le pigeon voyageur
Je crois que plus que jamais, notre attention devra être attirée par les produits complémentaires donnés à nos pigeons.
Terminé pour moi le fait d'aller chercher des produits maison à la pharmacie dont la formulation ne m'est pas communiquée.
Il est loin le temps où e monde colombophile averti se précipitait chez le Docteur Lemayeux en Belgique. On en ressortait avec des sachets contenant des poudres de différentes couleurs et dans l'ignorance complète de la nature de ces produits. On faisait la queue chez ce vétérinaire et beaucoup allait le voir en vue de la préparation spécifique d'un concours.
On ne parlait pas alors de dopage, il nous était expliqué dans les ouvrages colombophiles comment utiliser la liqueur de Fowler, l'utilisation de Néocortef pour l'amélioration des voies respiratoires et le retard de la mue, du fait surtout pour les vitessiers de mettre un grain de café dans le bec du pigeon avant l'enlogement.
Ce qu'il faut savoir qu'en cas de contrôle positif, notre responsabilité est engagée. Nous ne pouvons nous réfugier derrière notre bonne foie. Alors le plus simple est de ne donner que des produits dont nous sommes certains.

Selon l'Académie américaine de Médecine du Sommeil, la caféine atteint son niveau le plus haut dans le sang au bout de 30 à 60 minutes (une étude a constaté une vigilance accrue au bout d'à peine 10 minutes). Le corps élimine en général la moitié de la drogue dans les 3 à 5 heures qui suivent, et le reste peut subsister durant 8 à 14 heures. Certaines personnes, et plus particulièrement celles qui ne consomment pas régulièrement de la caféine, sont plus sensibles que d'autres à ces effets.
 
On trouve de la caféine naturelle dans plus de 60 plantes.
Il ne s'agit pas seulement des grains de café : les feuilles de thé, les noix de cola (qui ont le goût du cola) et les grains de cacao contiennent tous de la caféine. on trouve ce stimulant naturellement dans les feuilles, les graines et les fruits d'une grande variété de plantes. Il peut aussi être fabriqué par l'homme et ajouté aux produits.
 
Vous pouvez trouver de la caféine ailleurs que dans les boissons.
Selon un autre rapport de la FDA, plus de 98 % de notre consommation de caféine vient des boissons. Mais il y a d'autres sources de caféine : certains aliments, comme le chocolat (même s'il en a peu, 30 g de chocolat contient 5 mg de caféine), et certains médicaments. Selon Cleveland Clinic, combiner un antidouleur à de la caféine le rend 40 % plus efficace et peut aussi aider le corps à absorber le médicament plus rapidement.
 
Son utilisation dans le sport : Les effets recherchés
Diminution de la sensation de fatigueAmélioration des réflexes et des temps de réactionStimulant du système cardiaqueMeilleure utilisation des graisses : la caféine favorise la mobilisation des acides gras mais ne stimule pas leur combustion. 
La législation
1966 : Interdiction1983 : CIO et IAAF : interdiction selon un taux (notion de seuil)1987 : Interdiction Union Cycliste Internationale2004 : Retrait de la caféine des listes mais cette substance est surveillé de prêt et peut être dosée dans certains prélèvements urinaires pour surveiller les « habitudes » de certains sportifs.Avec la disparition des produits diététiques de l'effort, c'est une autre décision majeure qui attend les sportifs en cette année 2016. En effet, dès 2017, les sportifs devront faire un choix entre compétition et café puisque ce sera tolérance zéro aussi bien à l'entrainement qu'en compétition.
Surveillée de très près par les autorités de la lutte anti-dopage, la caféine sera de nouveau sur la liste des produits dopants dès 2017 et de nombreux contrôles seront mis en place.
La caféine, retirée de la liste de l'Agence Mondiale Anti-dopage depuis 2005, faisait  néanmoins l'objet d'un programme de surveillance. Mais dès 2017, elle sera de nouveau sur la liste des produits dopants.
Une décision pas facile à avaler mais pas des plus surprenantes ! Car ce n'est ni la démocratisation des boissons énergisantes, ni les consommations excessives de café de certains athlètes qui feront reculer l'Agence Mondiale Anti-dopage !
Alors chers sportifs, profitez bien de votre café du matin en cette année 2016 car ça sera bientôt du passé !

LA CAFEINE chez le pigeon voyageur

LISTE ROUGE
A. Liste des produits interdits
Si une substance peut soit :
- apparaître naturellement chez les pigeons (substance présente de façon endogène dans1' organisme)
- être détectée suite à une contamination alimentaire alors, des seuils de référence (dont les valeurs seront significativement différentes et nettement plus importantes que celles retrouvées dans l'analyse de substances présentes dans 1' organisme ou de substances soumises à une contamination alimentaire) seront utilisés.
C'est pourquoi, seules des valeurs de mesure quantitatives et semi-quantitatives
élevées sont à considérer comme « administration d'une substance interdite » pour ces molécules.
Il est important de savoir que certaines plantes ou champignons peuvent contenir des substances, citées dans la liste suivante et ce, dans des concentrations plus faibles ou même plus élevées.
Bien que de telles concentrations de ces substances mènent rarement à une analyse positive, il est en tout cas déconseillé d'administrer ces plantes et champignons à des pigeons de sport.
Chaque amateur est, et reste responsable pour les (extraits de) plantes et champignons administrés à ses pigeons de sport.
Ceci vaut également pour des produits pouvant contenir ces plantes et champignons : l'amateur (et l'amateur seul) est responsable des produits qu'il administre à ses pigeons.
Veuillez trouver, ci-dessous, une liste non exhaustive d'exemple de plantes et champignons concernés.
La plupart de ces plantes et de ces champignons sont, de plus, toxiques et peuvent, par conséquent, engendrer des problèmes sérieux pour le bien-être animal.

 

remix de Jean Paul 1252

Le dopage par le Dr Nicolas Schoonheere

LA QUESTION DU DOPAGE EN COLOMBOPHILIE VUE PAR UN VETERINAIRE

LA QUESTION DU DOPAGE EN COLOMBOPHILIE VUE PAR UN VETERINAIRE
 
Bonjour à tous,
 
Suite à de nombreuses demandes récurrentes de la part de colombophiles, et notamment d'un bon nombre de mes clients, j'ai décidé, pour ce premier article de ma part dans la colombophilie belge, de vous donner mon point de vue sur une question qui secoue un peu le monde colombophile belge en ce moment, c'est à dire la question du dopage.
 
J'aborderais bien sûr la question en fonction de mes compétences. Je ne suis pas juriste, je ne pourrais donc pas débattre de légitimité des différents textes ou procédures. Et je suis encore moins devin, je ne débâterais donc pas non plus de la culpabilité (volontaire ou involontaire) de telle ou telle personne.  Vous vous rendrez assez vite compte que dans cet article, je ne prends parti, ni pour, ni contrequi que ce soit. Le but de celui-ci est plutôt d'essayer d'analyser, le texte de règlement en vigueur actuellement, en tant que médecin vétérinaire, (en essayant de clarifier et de vulgariser cette réglementation) et puis d'essayer ensuite de conseiller les colombophiles, vu la crainte remarquée chez certains de mes clients qui me disent ne plus trop savoir ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas administrer comme complémentation à leurs pigeons, sans risquer d'être déclarés positifs en cas de contrôle.
En me contentant donc de rester dans les domaines que je maitrise, j'essaierais donc de vous donner les conseils nécessaires pour éviter que vous ne puissiez « involontairement » vous retrouver dans la position délicate, d'être déclaré « positif à l'insu de votre plein grès » en cas de contrôle de votre colonie.  Vous remarquerez également que je serais assez critique, non pas le « fond » de la réglementation dopage  actuelle, mais bien un peu sur la « forme » de ce règlement, qui peut prêter, et je vous montrerais pourquoi, à confusion.
 
Commençons par analyser l'article 2 du règlement de « répression de l'administration de substances interdites aux pigeons voyageurs » en vigueur dans notre pays depuis cette année 2014,car finalement c'est celui là qui pose le plus de questions parmi vous.
Cet article 2 reprend donc les produits considérés comme « illicites » c'est à dire  les substances ou catégories de substances que vous ne pouvez en aucun cas administrer à vos pigeons. Passons les en revue (sans bien sûr rentrer trop dans les détails pour ne pas rendre les explications trop complexes) un par un pour mieux les connaître.
 
1.      Les corticostéroïdes. 
Egalement appelés les anti-inflammatoires stéroïdiens. Ce sont comme leur nom l'indique des médicaments utilisés en médecine vétérinaire pour lutter contre les processus inflammatoires.  On les utilise donc, entre autre, lors de forte réactions allergiques ou lors de maladie « auto-immune » , ils ont également pour effet de lutter contre la douleur (nous reviendrons plus tard sur ce point). Une des conséquence de l'administration de ces substances chez le pigeon est également qu'ils provoquent un arrêt de la mue. C'est notamment ce point en particulier qui a entrainé depuis maintenant plusieurs années leur interdiction d'usage en colombophilie. Beaucoup d'entre vous ont en effet connu les fameuses « gouttes magiques » que l'on mettait dans les yeux des pigeons et qui permettaient aux jeunes de l'année de n'avoir toujours pas commencé leur mue mi-octobre, alors que les autres voyaient leur jeunes sans une plume sur la tête dès la fin aout.
 
2.      Les bronchodilatateurs 
Bien connu des asthmatiques car ces médicaments font couramment partie de leur quotidien. Avec les corticostéroïdes (voir point numéro 1), ils constituent en effet le traitement de choix en cas de crises d'asthme. Les corticostéroïdes stoppent le processus inflammatoire alors que les bronchodilatateurs auront pour but d'augmenter la capacité respiratoire en provoquant une relaxation des muscles lisses et donc une augmentation de la capacité respiratoire.  Pour nos pigeons voyageurs, augmenter les capacités respiratoires veut donc dire prendre le risque d'améliorer les performances de façon illicites.
 
3.      Les stéroïdes anabolisants. 
Ce sont les substances dérivées d'hormones naturelles telles que la testostérone. Elles ont pour principales caractéristiques de stimuler la croissance des tissus cellulaires, en particulier les muscles. Utilisés puis interdit en Europe pour la production de viande notamment. Utilisés de façon illicite par certains « bodybuilder », il est facile de comprendre pourquoi ces substances sont interdites parmi toutes les fédérations sportives, et donc notamment en colombophilie.
 
4.      Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens. 
Anti-inflammatoire bien connu en médecine humaine et donc de vous tous. Parmi ces molécules on peut retrouver notamment l'ibuprofène, utilisé par nous tous lors de maux de tête, migraine,... (on peut aussi inclure l'aspirine dans cette catégorie) Ces « AINS » comme on les appelle également ont donc également un effet contre la douleur bien connu.
 
5.      Les analgésiques narcotiques. 
Pas besoin de trop de détail dans ce cas ci non plus. Si je vous dis que la morphine entre dans cette catégorie. Vous aurez tous compris à quelle famille il est question. Précision peut être importante à apporter, le terme « analgésique » veut tout simplement dire en langage commun « antidouleur ».
 
6.      Les analgésiques. 
Comme expliqué au point 5, analgésique voulant dire antidouleur, les familles 1, 4, et 5, font donc partie de cette catégorie. Hormis ces familles, que reste-t-il comme autre analgésiques. Certaines molécules comme le paracétamol par exemple. Bien connu également en Belgique sous le nom notamment de DafalganÒ par exemple.
 
7.      Les substances qui influencent le système nerveux, en ce compris la caféine. 
Certaines substances peuvent influencer le système nerveux, en stimulant par exemple la capacité à se concentrer, en inhibant les signes de la fatigue, etc.
C'est dans cette optique qu'ils peuvent donc être considérés  comme produits dopant.
 
8.      Hormones synthétiques et stimulateurs de croissance.Catégorie assez vague, où doivent être inclues je suppose l'hormone de croissance, et d'autres hormones synthétiques ayant pour but de stimuler la croissance musculaire.
 
Il faut ajouter à cela, toute substance pouvant être considérée comme « agent masquant »,  c'est à dire molécule qui a pour propriété de « tronquer » les analyses en modifiant leur concentration dans les éventuels échantillons contrôlés.  Et donc de permettre de cacher potentiellement la présence de substances interdites.
 
            Voilà, maintenant que vous connaissez un peu mieux ces catégories de produits, je me permettrais donc quelques petits commentaires sur ce règlement et principalement sur cette liste.
 
1)     Tout d'abord, je tiens en premier lieu à insister sur le fait que je suis absolument pour une législation antidopage dans le sport colombophile. En ce qui me concerne, encore plus que le but d'essayer d'améliorer les résultats des pigeons, je mettrais en avant les conséquences pour la santé de nos pigeons de telles pratiques. En effet, tous ces produits, ont pour potentiels (et cela reste à démontrer) effets d'améliorer les performances des pigeons, mais ils ont également  pour effets, une liste impressionnante d'effets secondaires qui mettent en péril la santé voire la vie des pigeons, surtout quand ils sont utilisés de manières « expérimentales ».
En ce qui me concerne, une personne qui donne volontairement des substances de ce genre dans un but clairement lucratif, devrait non seulement être puni par la fédération mais également par la loi.  Je vous rappelle d'ailleurs, dans ce cadre que théoriquement cela devrait être le cas. Et que la loi du 14 aout 1986 sur le bien-être animal condamne « toute personne qui administre ou fait administrer à un animal des substances déterminées par le Roi, qui ont pour but d'influencer ses prestations, ou qui sont de nature à empêcher le dépistage des produits stimulants » à des poursuites au tribunal pénal. Il existe d'ailleurs un arrêté royal datant  du 14 février 1995 fixant la liste des produits interdits améliorant les prestations chez les pigeons. Cette liste reprend une partie des catégories reprises ci dessus (coïncidant avec l'ancienne réglementation). Nous sortons dans ce cas du règlement de la RFCB et nous entrons dans le domaine de la loi. Bref, je ne saurais assez applaudir l'initiative de la fédération de lutter contre l'administration de ces substances.
2)     Malgré tout cela, tout n'est pas parfait dans le meilleur des mondes pour autant. En ce qui concerne les catégories en tant que telles, il y a des choses très claires, et des choses beaucoup moins claires. Des choses très simples, et des choses qui le sont beaucoup moins.
En effet, établir une liste de produits prohibés est plus compliqué qu'il n'y paraît.  Que considère-t-on comme dopage ? Que considère-t-on comme légal ? Ces questions pourraient laisser croire à une réponse simple. Mais elle ne l'est pas forcément.Je vais tenter de m'expliquer.
La réponse « devrait » être très simple. La RFCB est une ASBL. Elle a (à ma connaissance car je ne suis pas juriste) le droit de fixer son règlement comme elle l'entend. Elle fixe les produits qu'elle désire dans la liste des substances prohibée. POINT BARRE. Les membres de cet ASBL s'engagent à respecter le règlement et donc cette liste. S'ils ne sont pas d'accord avec ce règlement, ils n'ont qu'à simplement ne pas y adhérer. On peut tout à fait faire une demande à la commune pour détenir des pigeons voyageurs sans être membre de le RFCB.
Mais la réponse est en pratique beaucoup plus compliquée. En tant que vétérinaire, je ne peux que constater que ce fameux point 2 n'est pas très bien rédigé... ou du moins pas très bien pensé.Certaines parties le sont ; Si je vous dis: « il est interdit d'administrer aux pigeons voyageurs toute substance faisant partie de la famille des corticostéroïdes, ou encore des anti-inflammatoires non stéroïdiens », c'est parfait, c'est clair, c'est net. On parle là de famille de substance bien identifiée. Moi en tant que vétérinaire, je sais quelles sont ces substances, je sais que si je dois les utiliser pour soigner des pigeons, je dois préciser au colombophile de retirer le pigeon traité du pigeonnier de jeu. Les choses sont claires. Si un colombophile administre de son propre chef une substance issue de ces familles, c'est un tricheur. A nouveau POINT BARRE.  S'il administre à ses pigeons ces mêmes substances « involontairement », ce n'est pas un « tricheur »,  mais il est coupable quand même. Dans le meilleur des cas, il est coupable de négligence, car il a administré quelques choses à ses pigeons dont il n'était pas sûr qu'elles ne contiennent pas ces substances.
A l'inverse, certaines parties de cet article 2 sont pour moi par contre beaucoup plus compliquées et beaucoup moins claires.
Tout d'abord, certaines substances visées pourraient apparaitre dans plusieurs catégories, car ont plusieurs effets dénoncés par la règlementation. Citons en exemple le clenbuterol, qui est tant un bronchodilatateur qu'un anabolisant, ou même la caféine, qui est également bronchodilatateur, substance « influençant » le système nerveux, et diurétique (et donc pouvant être considéré comme produit masquant).  Jusque là, me direz-vous, rien de dérangeant, à partir du moment où elle figure dans au moins une catégorie, elle est considérée comme interdite.
C'est à ce niveau que l'on va compliquer les choses. Pas sur le fond, mais bien sur la forme. En effet, et de nouveau, cela n'engage que moi, mais je persiste, une partie de ce point 2 à été bâclé.  Quand je lis, moi en tant que vétérinaire : « substances qui influencent le système nerveux, en ce compris la caféine », c'est à dire la catégorie 7 de cet article 2. Alors là, je rentre complètement dans le flou le plus complet. Je vais essayer d'être le plus clair possible, et cela ne va pas être facile.  Essayons de prendre les choses dans l'ordre.
·         « substances qui influencent le système nerveux ».  Alors, ce coup-ci, qu'est ce que cela veut dire ? En effet, ici, on est plus dans le cadre d'une famille de médicaments bien ciblée et bien précise, connue par tous les professionnels de la santé. Mais plutôt dans « catégorie » de substance qui pourraient interférer avec un fonctionnement normal du système nerveux.  Alors, là, je suis désolé mais je suis perdu. Même moi, vétérinaire, je peux vous assurer que je ne sais pas ce que je peux administrer ou non aux pigeons de mes clients. Bien sûr j'en rajoute un peu. J'ai bien une idée sur toute une série de produits dont le règlement veut faire allusion.  Mais plusieurs questions me viennent à l'esprit. Parle-t-on de substance pour lesquelles des études scientifiques ont démontré qu'elles avaient un effet sur le système nerveux du pigeon voyageur ? Dans ce cas, vu le peu d'études réalisées « chez le pigeon », cela voudrait dire que cette liste se résume à presque rien. Et je pourrais même (presque sans prendre trop de risque de me tromper) prendre un exemple : c'est qu'aucune étude n'a été faite, à ma connaissance sur l'effet des amphétamines sur une quelconque « influence sur le système nerveux du pigeon voyageur ».  On pourrait dans ce cas considérer que les amphétamines ne font pas partie des produits interdits, alors qu'ils sont à l'inverse parmi les premiers ciblés dans cette catégorie. Si au contraire, ce n'est pas des produits dont l'effet sur le système nerveux a été démontré chez le pigeon, parle-t-on de substance dont on a démontré un effet sur le système nerveux « humain » ? Là, par contre, beaucoup plus d'études ont été réalisées. La liste devrait être beaucoup plus grande et précise. Mais à nouveau, pour moi, ce n'est pas clair. Ben oui, je suis vétérinaire, pas médecin. Quelles sont les substances dont des études avec comparaison traitement/témoin, ont démontré un effet positif chez l'homme ? En tant que vétérinaire, si un client me pose la question, je ne pourrais déjà pas lui répondre de façon certaine, alors imaginez pour le colombophile Lambda, c'est un casse tête. Bref, j'ai bien compris le type de substance que l'on veut cibler par cette phrase, mais je suis désolé, la formulation n'est pas claire.
·         Bon même si ce point est tout sauf clair, essayons d'être de bonne fois de bonne fois, et disons nous que, quoi qu'il arrive, tout le monde peut faire preuve du principe de précaution, et d'éviter d'administrer à un pigeon une substance dont il aurait un doute. Ne cherchons pas la petite bête, je l'accorde sans souci... Mais alors dans ce cas pourquoi préciser : « en ce compris la caféine » ? A nouveau, si la catégorie avait été claire, inutile de préciser que la caféine est comprise dans cette catégorie. Pourquoi préciser pour la caféine et pas pour les amphétamines, ou autres. Attention, entendons nous bien, et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je ne critique pas que la caféine se retrouve sur cette liste, que du contraire. Et de toute façon, je ne suis aucunement membre du comité de l'ASBL qui décide de mettre cette substance dans une liste qu'elle ne veut pas voir administrée aux pigeons.  Mais à nouveau,  la forme est malheureuse.
·         Je vais encore remettre une petite couche sur « la forme » de ce règlement.  La caféine est une substance de la famille des « methylxanthine ». Comme décrit plus haut, elle a des effets (démontrés « chez l'homme ») psychotropes, bronchodilatateurs, et diurétiques.  On ne remettra donc pas en cause qu'elle soit considérée comme substance prohibée par le règlement.
Mais donc, si on relis bien ce point 7 (je vais le reprendre encore une fois : «  les substances qui influencent le système nerveux, en ce compris la caféine ». On peut donc comprendre sans risquer de se tromper, que la RFCB considère que la caféine fait partie des substances influençant le système nerveux. On peut donc en déduire, que l'on considère (et à juste titre) que les autres molécules de la même famille que la caféine à savoir, les « methylxanthines » sont également considérées par la fédération comme faisant partie des substances qui influencent le système nerveux. Et donc  que ces molécules sont donc interdites. Je pense jusqu'ici avoir un raisonnement cohérent. Vous allez me dire, mais où veut il en venir ? Et bien simplement au fait que parmi ces substances de la même famille que la caféine, il y a une de ses plus proches cousines : « La theophylline ».  Et dans quoi retrouve t-on la théophylline ? Et bien oui, vous l'avez déjà deviné...dans le thé.  Si vous ne le saviez pas encore, je vous annonce que le thé (le vrai thé) est complètement proscrit par le règlement dans sa forme actuel.  A nouveau, cela ne me choque pas, si on considère ses propriétés, et si on prend en compte que la theophylline possède les mêmes effets psychotropes, bronchodilatateurs, et diurétiques que la caféine, c'est donc tout à fait logique. Et je n'ai rien à redire contre cela. Mais alors, pourquoi préciser dans le règlement, « et ce y compris la caféine ». Et ne pas préciser « et ce y compris la teophylline comprise dans le thé » ? Ben oui, à ma connaissance beaucoup plus de colombophiles distribuent du thé que de la caféine à leurs pigeons.

 
Bref, vous vouliez avoir mon avis, je vous le donne. C'est qu'il est clair que si l'initiative de la fédération est on ne peut plus louable, le texte est lui un peubâclé. Je ne comprends pas pourquoi ils n'ont pas demandé l'avis de personnes compétentes en la matière au moment de rédiger ce texte. L'avis de spécialistes aurait peut-être évité d'en arriver à cette situation actuelle complètement chaotique pour la colombophilie belge.
 
Avant de clôturer cette partie de l'article en ce qui concerne la « forme » du règlement,  je tiens malgré tout à signaler une dernière chose. Et elle est que autant certains point ne sont pas clairs, autant, à l'inverse certains autres le sont. Et que par le fait même, je trouve juste qu'il serait plus que dommage qu'un colombophile ayant été contrôlé positif sur un point  très clair du règlement, échappe aux mailles du filet à cause de « la forme baclée » du règlement. Aussi bien qu'un colombophile puisse être condamné sur un point qui n'est « vraiment pas clair », car il aurait donné du thé à ses pigeons par exemple...
           
Alors, voilà, en tenant compte de tout ceci. Vous colombophiles, quels seraient les conseils que je pourrais vous donner pour éviter de prendre le moindre risque de vous retrouver dans une situation de contrôle positif tout en pensant être de bonne fois.
 
1) La première chose, mais qui ne dépend pas de vous, serait que comme je viens d'en discuter,  il serait intéressant que la RFCB clarifie le règlement en vigueur. Cela permettrait à l'avenir d'avoir un règlement clair et précis, et de sortir de ce flou concernant plusieurs substances, et de l'incohérence en ce qui concerne d'autres de ces substances. (Je ne parle bien sûr pas de la caféine, pour laquelle l'interdiction est spécifiquement écrite) mais d'autres substances comme je l'ai signalé plus haut dans le texte.  Je pense que l'avis de personnes compétentes (et complètement indépendantes) pourrait éviter beaucoup de soucis, et permettrait d'écrire un règlement clair et précis. Pourquoi ne pas avoir demander l'avis d'un des professeurs de pharmacologie de l'une de nos facultés vétérinaires belge, par exemple ? Même s'ils ne sont pas les seuls qui pourraient permettre d'aider à établir un règlement sans équivoque.
2) De votre côté à vous, que pouvez vous faire ? Tout d'abord la première chose à faire est de ne JAMAIS, je dis bien JAMAIS donner à vos pigeons un produit ou médicament dont vous ne savez pas exactement ce qu'il contient. Chaque complément alimentaire est tenu par la loi d'avoir une liste précise de chacun de ses ingrédients. « C'est la loi ».  Si je prends un exemple, même sur les sacs de croquettes pour chien bon marché du ALDI, bas de gamme, il est écrit exactement les ingrédients. Si vous tombez donc sur un « produit » dont la composition n'est pas claire, ne le donnez pas.      
De la même façon, pour les éventuels produits venant d'un vétérinaire. L'époque où on ressortait de chez le vétérinaire avec des « poudre n°1 », ou des poudres « jaunes », ou beaucoup d'autres traitements « secrets » est révolue. C'est également « interdit par la loi ». Le vétérinaire est tenu de vous dire exactement ce qu'il y a dans le traitement qu'il administre à vos pigeons.  Même s'il « reconditionne certains médicaments, et qu'il vous le fourni dans un petit pot. Il est tenu de vous dire (et même de l'écrire sur l'étiquette) ce que cela contient.  Je vais prendre un exemple de pourquoi la loi oblige cela. Imaginez, vous recevez un médicament dans un petit pot, sans savoir ce qu'il y a à l'intérieur.  Vous le mettez dans votre cuisine, et pendant votre absence vous vous rendez compte que votre petit garçon de 3 ans a avalé toute la bouteille. Il ne se sent pas très bien. Premier reflexe, appeler le centre antipoison. Première question qu'ils vous poseront (et ce dans le but de vous donner très vite les premières consignes à suivre) : « Quel est le produit que votre enfant à avalé ? Si vous ne savez pas ce qu'il y a dedans. Réponse, ben je ne sais pas.  Hors, en fonction des substances responsables de l'intoxication, les soins et traitement sont complètement différents. Voilà le début d'une catastrophe possible dont vous serez en partie responsable. Cet exemple étant bien sur hors sujet, mais vous explique le « pourquoi de cette obligation par la loi »
Bref, en résumé, ne donnez jamais le moindre médicament ou le moindre complément alimentaire dont vous ne savez pas exactement ce qu'il contient. S'il contient une substance interdite, l'ignorance ne sera pas une excuse aux yeux du contrôle antidopage.
3)     Pour un complément qui contient bien une étiquette, lisez la correctement. Pour vous assurer qu'elle ne contient pas de substance interdite. Si vous avez un doute, renseignez vous, sonnez à votre vétérinaire s'il le faut, il vous renseignera, et vous rassurera, ou au contraire, vous déconseillera de distribuer ce produit.
4)     En cas de doute sur le « sérieux » de la marque du produit de complémentation, ne le donnez pas à vos pigeons.  En effet, faire une étiquette c'est bien, s'en tenir c'est encore autre chose. Si on a pu mettre du cheval dans les lasagnes pendant si longtemps, on peut mettre de la caféine dans tel ou tel produit pour les pigeons. Faites donc confiance aux firmes et marques sérieuses. Et non pas à un « nouveau produit miracle » venu de tel ou tel autre pays.
5)     Vu le manque de clarté du règlement, et vu l'interprétation dont je vous ai fait la preuve plus haut dans le texte, d'ici là. Si le règlement n'est pas modifié, je ne peux que vous conseiller de ne pas distribuer de « thé » à vos pigeons durant la prochaine saison de concours, car la « theophylline » qu'il contient a des propriétés tout à fait identiques que la « caféine », est donc interdite (selon mon interprétation que je pense correct du règlement actuel)

Voilà, en suivant ces quelques conseils, je peux donc vous rassurer sur le fait que vous ne pourrez pas recevoir de mauvaises nouvelles en cas de contrôle de votre colombier. Et donc par conséquent, vous ne pourrez plus non plus jouer la carte de l'incompréhension en cas de contrôle positif. Comme on dit dans ces cas là : « A bon entendeur... »

 
J'ai également reçu beaucoup de questions concernant la raison de pourquoi un laboratoire étranger a été choisi plutôt qu'un laboratoire belge pour réaliser les « tests de dépistages ».  Je ne m'étendrais pas sur ce sujet car je trouve cet article déjà assez long. Je me permettrais juste de dire, qu'à l'heure actuelle, aucun laboratoire belge n'est compétent pour déceler toute une partie de ces produits « proscrits ». En effet, les analyses pour dépister des substances dans les urines (dans les fientes en ce qui nous concerne) sont des analyses difficiles, et des méthodes spécifiques doivent être mise au point. Il ne suffit pas de mettre la fiente dans une machine qui nous ressortira tout ce qu'elle contient. Mais chaque analyse de chaque produit est spécifique, et au jour d'aujourd'hui, les laboratoires belges (qu'ils soient privés ou universitaires) ne maitrisent pas ces techniques pour toute une série des substances que l'on pourrait rechercher. Selon mon avis, le laboratoire choisi est donc un bon choix car il possède les qualifications pour effectuer ces analyses
 
Voilà...  Cet article était assez long, il n'est pas fait pour relancer une quelconque polémique, mais bien uniquement pour répondre aux questions précises que les colombophiles se posent en ce moment.
 
Je conclurais donc en résumant.
-          Alors, oui, la lutte contre le dopage est une très bonne chose pour nos pigeons voyageurs.
-          Non, le règlement dans sa « forme » actuelle n'est pas clair, et devrait être retravaillé avec l'aide de personnes compétentes dans le domaine.
-          Oui vous êtes responsables de tous les produits que vous donnez à vos pigeons, donc faites bien attention (sans devenir paranoïaque pour autant). Dans le doute, appliquez ce que l'on appelle le principe de précaution en ne distribuant pas un « produit » ou complément dont vous n'êtes pas certain.
 
Voilà, j'espère avoir répondu à vos questions sur ce sujet. J'espère que tout le monde avancera dans le même sens pour que l'on doive à l'avenir, aborder ce sujet le moins possible, car je pense que c'est un sujet qui ne rend service à personne dans notre sport colombophile. Je vous remercie de l'attention portée à cet article, et vous donne rendez-vous ici même dans ce journal, pour d'autres articles, un peu moins « brulants », mais tout autant d'actualités.
 
Bonne journée à tous.
 
Nicolas Schoonheere
BARCELONA CUP 2019

barcelona-cup-logo-1 le classement 2019

La première équipe gagne 750 euros, la deuxième 450, la troisième 300. De nombreux lots pour les suivants...

  Equipier 1 Dépôt Place Equipier 2 Dépôt Place Equipier 3 Dépôt Place   Points
1 Cistar Eric Flines les Raches 11 De Coninck Hervé Flines les Raches 58 Labbe Philippe Flines les Raches 77 3 146
2 Huyghe Philippe Avion 65 Vanacker Eric Laon 90 Golpart Mickael Avion 110 3 265
3 Gillot P&F Laon 541 Tourigny Philippe Laon 249 Robinet Philippe Laon 34 3 824
4 Duquesnoy Franck Boulogne 10 Duquesnoy Olivier Boulogne 48 Odent Philippe Boulogne - 2 58
5 Beaujean Didier Maubeuge - Mahut J.François Maubeuge 91 Michiels Emmanuel Maubeuge 119 2 210
6 Samier Hervé Auchy les Hesdin 3 Corniaux Christophe St Omer 349 Théry Yves St Omer - 2 352
7 Dubois Michel ST Omer 57 Clabaux Christophe St Omer - Lecerf José St Omer 313 2 370
8 Duhamel frédéric Auchy les Hesdin 361 Grislain Jean-Baptiste Auchy Les Hesdins 32 Gardel Jean-Michel Auchy les Hesdin - 2 393
9 Vitel Eric Avion 264 Guirado Ludovic Auchy Les Hesdins 141 Delstanche Déborah Caudry - 2 405
10 Tant Michel Laon 294 Thil Claude Laon - Casail Dominique Laon 124 2 418
11 Team Malaquin Maubeuge 310 Huart Albert Maubeuge - Carrette Bernard ECTN Tourcoing 136 2 446
12 Rézenthel Frères Boulogne - Legrand P&F. Boulogne 418 Ben Robert Boulogne 201 2 619
13 Decherf Francis Dunkerque - Gilliot Raymond Dunkerque 408 Vincent Lucien Dunkerque 229 2 637
14 Thorel Joël Hazebrouck 179 Mahieux Christian Hazebrouck 484 Penel P&F Hazebrouck - 2 663
15 Bonnin René Auchy les Hesdin 261 Larcheveque Xavier Auchy Les Hesdins - Latour Pascal Auchy les Hesdin 522 2 783
16 Babelart Eric   410 Ducronet Pascal St Omer - Adriensen François St Omer 627 2 1037
17 Noyelle Hervé Saint-Omer 27 Bialorucki Frédéric Saint-Omer - Flandrin Guy Saint-Omer - 1 27
18 Delepine Jean Michel Amiens - Delepine JC Amiens - Ianni Frédéric Auchy les Hesdin 53 1 53
19 Decool Paul Hazebrouck 60 Carette Thierry Hazebrouck - Vanpeperstraete Julien Hazebrouck - 1 60
20 Blanckaert Christophe Hazebrouck - Delmotte Manuel Saint-Omer - Savary Tony Hazebrouck 106 1 106
21 Deroolez Bernard Auchy les Hesdin - Fauqueux Jean-Luc Auchy Les Hesdins 113 Bazille Philippe Auchy les Hesdin - 1 113
22 Ledoux P et F. Rollot - Tantart Roger Coutiches - Pocholle A et V. Hazebrouck 154 1 154
23 Firmin Bruno Hazebrouck - Deu Gregory St Omer - Lavarde Lilou Bully 177 1 177
24 Loquet Marcel Auchy - Duvauchel Alain Achicourt 178 Dubois Ludovic Auchy - 1 178
25 Hechter Bernard Hazebrouck - Delbecq J.Pierre Hazebrouck 189 Hamet Nicolas Hazebrouck - 1 189
26 Etuin Gery Flines les Raches - Dehen Erick Caudry 202 Pluvinage Damien Caudry - 1 202
27 Racacry Philippe Hazebrouck 206 Toulotte Michel Hazebrouck - Obin Réjane Hazebrouck - 1 206
28 Vanengelandt Olivier Hazebrouck 225 Durie Arnaud Hazebrouck - Denys Pierre-André Hazebrouck - 1 225
29 Ginfray Carl Honfleur 286 Van Breene Willem Honfleur - Morel Jacky Honfleur - 1 286
30 Vérove Pierre Dunkerque - Dhinnin Luc Dunkerque 405 Dhinnin Jean-Jacques Dunkerque - 1 405
31 Costa Joaquim Honfleur 422 Sammartano Nicolas Honfleur - Pereira Manuel Honfleur - 1 422
32 Velut Hervé Amiens - Caron René Amiens 447 Detaille Ghislain Amiens - 1 447
33 Thorel Ludovic Hazebrouck 511 Burdaswski Grégory Hazebrouck - Briois Hervé Hazebrouck - 1 511
34 Chevrin Denis Rollot - Cliquot Ludovic Laon - Frein Frédéric Laon 528 1 528
35 Mignien Pierre Père Dunkerque - Mignien JP AL RO Dunkerque - Mignien Pierre Fils Maubeuge 554 1 554
36 Sagniez Fernand Wattrelos - Thullier Sébastien Coutiches 575 Thullier Magalie Coutiches - 1 575
37 Marques Joaquim Laon - Desquilbet Alain Laon 584 Kepe Père et Fils Avion - 1 584
38 Dhont Serge Flines les Raches 599 Descamps Yves Flines les Raches - Depoortere Gilbert Flines les Raches - 1 599
39 Oboeuf Serge Saint-Omer - Fournez Pascal Saint-Omer - Régnier André Saint-Omer 603 1 603
40 Turcq Samuel Hazebrouck - Bodart Philippe Hazebrouck 619 Crépin Géry Hazebrouck - 1 619
41 Decroix Guy Saint-Omer - Decroix Bruno Saint-Omer - Roche David Saint-Omer -    
42 Tronquoy Philippe Saint-Omer - Frison Christian Maubeuge - Derycke José Tourcoing -    
43 Cuffel GSM Honfleur - Dudouit Pascal Honfleur - Dudouit Gérard Honfleur -    
44 Cailliez Benoït St Omer - Lepretre Richard St Omer - Vandembeuche Eric St Omer -    
45 Apesteguia José Berclau - Guyo famille Avion - Chevalier Michel Bully -    
46 Kipper Gérard Moselle Ouest - Moreira Pascal Moselle Ouest - Brudermann Etienne Moselle Ouest -    
47 Gomez Yannick Boulogne - Guilbert Jérome Boulogne - Clouet Fabrice Boulogne -    
48 Bouve Dominique Dunkerque - Potdevin Patrick Dunkerque - Demeulenaere Mickaël Hazebrouck -    
49 Grincourt Emmanuel Rollot - Douay Dimitri Solesme - Pachla Jean Rollot -    
50 Gheeraert Eric ST Omer - Thomas Christophe Boulogne - Delaire Jean-Michel St Omer